La robotisation ou l’intelligence artificielle permettent aux gens de se concentrer sur des tâches à valeur ajoutée

"Nous avons les meilleurs talents et nous grandissons de jour en jour. Grâce à eux, nous sommes aujourd'hui leaders des services numériques et nous proposons des solutions technologiques innovantes à des clients comme Iberdrola, ArcelorMittal, Dupont…".    

José Tomás Borja est le directeur de Ricoh Espagne dans les Asturies. Ce professionnel, qui a plus de 30 ans d'expérience dans le secteur technologique dans des entreprises telles que Gestetner, NRG ou Ricoh, est chargé de diriger le premier pôle technologique de l'entreprise en Espagne, qui compte actuellement plus de 300 employés dans le parc technologique des Asturies.

Comment se sont-ils adaptés pour relever le défi de la transformation numérique ?

Chez Ricoh, nous nous transformons depuis plus de 85 ans , accompagnant les entreprises dans la création d'emplois. Comme nos clients, nous avons dû évoluer pour nous adapter aux besoins de ce monde en mutation. Avant nous n'étions que des fabricants d'imprimantes, maintenant nous sommes aussi des intégrateurs technologiques de solutions de communication et de collaboration, d'infrastructure informatique, de cloud, de cybersécurité…   Heureusement, chez Ricoh, nous avons adopté de nouvelles méthodes de travail plus agiles et flexibles il y a quelques années, et nous pouvons désormais aider nos clients à relever les défis du travail hybride : de l'équipement du nouveau lieu de travail numérique à l'autonomisation des employés avec de nouvelles collaborations/vidéoconférences ou au développement applications, portails, commerce électronique et plateformes numériques pour améliorer l'expérience des clients, des employés, des utilisateurs et des citoyens.

Quel a été le plus grand défi pour Ricoh dans les Asturies ces dernières années ?

Il y a sept ans, Ricoh a opté pour Llanera pour ouvrir son premier hub technologique, un centre de compétences numériques avec seulement 50 employés. Désormais, les installations abritent plus de 300 professionnels , experts des meilleures technologies et méthodologies (Microsoft, Java, .Net, Alfresco, Liferay, DevOps, AWS, Azure, cybersécurité, data center…), certifiés aux standards les plus élevés, opérant à distance pour des clients du monde entier.

Nous avons les meilleurs talents et nous grandissons de jour en jour . Grâce à eux, nous sommes aujourd'hui leaders dans les services numériques et offrons des solutions technologiques innovantes à des clients tels que DIA, Iberdrola, ArcelorMittal, Puig, Allfunds Bank, Principauté des Asturies, Université d'Oviedo, Dupont, Gouvernement de Navarre et différents ministères, entre autres . Ils sont une référence au niveau mondial et local : nous avons été reconnus pendant deux ans avec le prix ICT Impulse des associations officielles d'ingénieurs et d'ingénieurs techniques en informatique des Asturies et nous avons eu le plaisir de travailler avec le directeur général de la sécurité et de la stratégie numérique de la Principauté, Javier Fernández, dans la création du portail coronavirus.asturias.es, prix du meilleur site Web du journal El Comercio.

Selon vous, quelles sont les principales charges en matière technologique pour les entreprises asturiennes

L'un de nos derniers rapports souligne que les tâches en face à face et répétitives continuent d'être l'un des handicaps pour entreprendre ce voyage de transformation, en particulier dans les petites et moyennes entreprises. La technologie peut aider à le déverrouiller. D'une part, le travail hybride est adopté par la plupart des organisations comme le modèle dominant, qui améliore l'équilibre travail-vie personnelle, le bien-être, l'expérience des personnes au travail et la productivité. D'autre part, les entreprises asturiennes doivent valoriser le travail de leurs employés, profitant de leur talent partout où ils décident de travailler et empêchant leur engagement dans des tâches répétitives et monotones de s'affaiblir. Des technologies telles que la robotisation ou l'intelligence artificielle permettent aux gens de se concentrer sur des tâches à valeur ajoutée.

Quels conseils donneriez-vous aux entreprises pour se mettre à jour en matière d'innovation de procédé ?

Tout ce qu'une machine peut faire qu'une personne ne peut pas faire. Il faut embrasser le progrès , car c'est une valeur sûre pour l'avenir. Deux entreprises sur trois qui n'ont pas rejoint la transformation numérique ont fini par disparaître au cours des 5 dernières années. Mon conseil est d'automatiser les processus (et certains consultants webmarketing l'ont compris), tels que les factures, les bons de livraison, la sélection du personnel, la signature et la validation… Mettons la technologie au service des personnes, exploitons tout son potentiel et supprimons les processus papier, toujours lents, ardue et susceptible d'erreur humaine.

De Ricoh, vous sentez-vous préoccupé par la vulnérabilité en termes de sécurité ?

Bien que les attaques de rançongiciels telles que Ryuk, Sodinokibi et Maze aient proliféré ces derniers temps , la cybercriminalité a toujours existé. Il est vrai qu'avec l'essor du travail à distance, des appareils mobiles, des ordinateurs portables et des centres de données dans les entreprises, les outils de sécurité des périmètres et des terminaux sont devenus plus que nécessaires. Précisément en 2019, nous avons acquis ZeedSecurity, une entreprise avec plus de 30 ans d'expérience dans la cybersécurité et avec des capacités d'expertise judiciaire en criminalistique informatique, reconnue et certifiée par les normes de sécurité les plus élevées, telles que le National Security Scheme ou l'Institut national de la cybersécurité (INCIBE) .

José Tomás Borja, directeur de Ricoh Espagne dans les Asturies // Marta Martín Heres 

José Tomás Borja, directeur de Ricoh Espagne dans les Asturies // Marta Martín Heres

 

Quel est le plus grand défi pour les entreprises asturiennes en matière de cybersécurité ?

La sécurité est un  must dans toute entreprise. Mais il ne faut pas rester dans le  pare -feu et l'antivirus ; Elle doit être intégrale, dynamique et permanente. La sécurité doit être transversale dans toute notre entreprise, dans les appareils qui composent le lieu de travail de nos employés, dans la gestion des documents et les archives numériques, dans le centre de données, même dans nos sites Web, portails, applicationset les réseaux sociaux. Toute faiblesse peut être exploitée par les amis des autres pour faire la leur.En outre, la protection doit être dynamique, s'adaptant en permanence aux nouveaux environnements, aux nouveaux enjeux, aux nouvelles exigences réglementaires… Et, surtout, elle doit être permanente, avec un surveillance et contrôle exhaustif, où les outils à intelligence artificielle sont un grand allié.

Enfin, n'oublions pas l'humain : l'erreur humaine est à l'origine de 95 % des cyberattaques. Nous devons éduquer et demander à nos employés d'être vigilants, de ne pas exécuter de pièces jointes suspectes, de  phishing , de fraude au PDG…

L'administration publique asturienne est-elle préparée en matière de cybersécurité ?

En Espagne, il y a eu plus de 40 000 cyberattaques quotidiennes en 2021 , ce qui nous positionne comme le troisième pays au monde qui subit le plus de cyberattaques. Un fait qui, ajouté au fait que près de 3 millions de PME en Espagne sont peu ou pas protégées contre les pirates, fait des entreprises de la chair à canon pour les criminels. Personne ne peut être sûr à 100 % qu'il est à l'abri des cyberattaques. Servez d'exemple les derniers cas survenus avec le SEPE, Facebook, Glovo, Mediamarkt et, dans le cas des administrations publiques, les municipalités de Fuenlabrada, Castellón ou Séville. À de nombreuses occasions, en plus de la prévention, il est important d'être agile face aux attaques et d'y répondre immédiatement.

Pensez-vous que la pandémie a été un tournant en matière d'interconnectivité ?

La pandémie a été la clé pour les plus réticents à comprendre l'importance de tout connecter. Le point de départ a été marqué ce 14 mars avec le confinement à domicile. De nombreuses entreprises ont réalisé que leur talent n'était pas connecté. La transformation numérique est devenue ce loup dont on parle toujours et qui n'est redouté que lorsqu'on voit sa gueule. C'est ainsi qu'a commencé la course pour activer les postes de travail distants avec des ordinateurs portables, des bureaux à domicile, de nouveaux outils de collaboration… et le tout sans aucune adoption ni formation par les employés. Cela a touché des personnes qui n'étaient pas formées, mais aussi des centres de données qui n'étaient pas préparés à l'hyper-connectivité qui montait en flèche. Du coup, les signatures numériques se sont activées, les migrations vers le cloud, le trafic de données dans les visioconférences s'est multiplié de façon exponentielle. Et nous avons également vu cette interconnectivité dans l'administration publique. Nous avons eu le plaisir de travailler avec la Principauté sur le portail coronavirus.asturias.es, qui a mis à la disposition des citoyens toutes les informations et actualités locales sur l'évolution de la pandémie.

Cela devrait nous servir à élaborer les leçons apprises. Apprenez à évoluer naturellement, et non avec des transferts qui peuvent mettre en péril la pérennité et l'avenir des entreprises. Apprenez à être flexible et agile, et à ne pas reculer dans ce parcours de transformation numérique. Certaines (quelques) entreprises sont revenues au modèle entièrement en face à face qu'elles avaient avant la pandémie. Grosse erreur! Si vous avez ressenti les bienfaits de la technologie et avez sauté le pas, ne jetez pas tout par terre, gardez-la comme alliée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *